Crowdfunding : La concentration du secteur s’accélère-t-elle ?

concentration s'accélère dans le crowdfunding

Le crowdfunding est en train de devenir une vraie alternative aux placements traditionnels. On trouve encore des articles de presse spécialisée qui l’oublient et nous listent toujours les mêmes produits bancaires d’année en année. MAIS, on commence à voir aussi des articles mentionnant le financement participatif comme une vraie solution pour placer une partie de son épargne.

On voit aussi de plus en plus de communication sur la finance personnelle. Ceci est également important pour se former, pour faire évoluer notre « culture du Livret A ». Il est essentiel de faire vivre notre épargne et de la laisser générer des revenus qui sont complémentaires. Si vous ne connaissez pas les intérêts composés, lisez et essayez de vous imprégniez de cela, vous comprendrez que ce message n’est pas pour que j’ai quelque chose à vous vendre mais bien que ce concept aide à se décider. Aujourd’hui, mon épargne travaille pour moi et génère un revenu complémentaire significatif. Personne ne le fera pour moi !

L’actualité sur le crowdfunding est riche ces dernières semaines. Il me semblait important d’y revenir et d’essayer d’en faire la lumière pour bien la comprendre et la prendre en compte dans notre utilisation du crowdfunding pour investir et réussir nos placements. L’article sera court mais vous permettra d’avoir une synthèse de la situation.

La situation du crowdfunding en France

Tout d’abord, et de manière très rapide, reprenons quelques informations clés sur le crowdfunding en France. L’association FPF (Financement Participatif France) et l’Agence Mazars publient chaque année le baromètre du crowdfunding. Ce document synthétique permet de suivre l’évolution du financement participatif au fil des années.

Depuis que l’enquête existe (2015), c’est plus de 4.5 milliard d’euros de projets qui ont été financés. La collecte de crowdfunding a été multiplié par 11.2x ! Et on peut dire que les choses s’accélèrent car en 2021, la collecte atteignait presque 1.9 millions d’euros, soit 84% de plus qu’en 2020.

Bilan Baromètre du crowdfunding FPF/Mazars 2021

70% de cette somme est faite sous forme d’obligations. C’est le modèle le plus utilisé notamment pour le crowdfunding immobilier. Il domine le financement participatif. Ceci est assez logique car les niveaux de collecte par projet sont souvent de plusieurs millions d’euros (le maximum autorisé étant 8 millions).

Radioscopie des plateformes du crowdfunding (FPF/Mazars 2021)

En 2021, l’association dénombrait 234 plateformes inscrites à l’Orias. Ce chiffre était en augmentation par rapport à 2020. En comparaison, il n’y avait que 10 plateformes recensées en 2014. Ainsi, en 7 ans, 224 nouvelles plateformes ont été créées. Ceci est net des sociétés été radiées. On voit bien que l’essor du financement participatif.

Par contre, seulement 10 plateformes de crowdfunding représentent 70% de la collecte. On voit sur ce graphique que de grosses plateformes comme October, ClubFunding ou Homunity monopolise 48% des collectes sur les 7 dernières années.

Classement collecte en crowdfunding

Si vous voulez en savoir plus sur les plateformes que j’utilise ainsi que sur leurs indicateurs de performances. Voici un article reprenant tout cela en détails. Vous pourrez analyser cela et faire vos choix pour investir.

Est ce que le secteur va se concentrer?

Quelle est l’actualité peut modifier l’équilibre actuel?

Essayons de répondre à tout cela dans la suite de cette article. Commençons par les actualités qui peuvent nous amener à interpréter et répondre ce qu’il se passe…

Les actualités du moment

Trois actualités majeures en 2022 sont venus marquer la dynamique du crowdfunding.

October accélère son développement grâce à l’acquisition de Credit.fr

October crowdfunding

Dans son communiqué de presse, October explique poursuivre sa stratégie de croissance qui repose sur le développement de son activité de financement d’entreprises et sur la vente de sa technologie en mode SaaS aux acteurs financiers
via son offre October Connect.

Lancée il y a 18 mois, l’activité October Connect, représente environ 15% du chiffre d’affaires d’October et acquiert ses premières références majeures à l’instar de Bpifrance. La technologie en SaaS October Connect aide les banques comme Bpifrance et des gérants d’actifs à enrichir leur analyse des risques et à détecter les fraudes. Elle leur permet ainsi à optimiser leurs process pour une meilleure prise de décision grâce à la data.

L’activité October Connect va concentrer le plus gros de nos investissements dans les 24 prochains mois. Nous renforçons nos équipes tech, data et produit, tout en constituant une force de vente européenne.” précise Olivier Goy, Président du conseil de surveillance d’October

Notre objectif est de proposer les meilleures solutions de financement aux TPE-PME pour accompagner leur développement. Parallèlement, nous offrons à nos investisseurs, institutionnels ou privés, la possibilité de soutenir la croissance de ces entreprises. L’expertise des équipes de Credit.fr en la matière est reconnue; nous avons suivi leur travail avec grand intérêt. Nous sommes donc ravis de voir nos équipes fusionner et se renforcer mutuellement” explique Patrick de Nonneville, CEO d’October.

October est une FinTech européenne permettant de mieux financer les entreprises. Leader en Europe continentale, elle a déjà financé des milliers de TPE & PME à hauteur de 860m€ en France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Allemagne.
Depuis fin 2020, sa plateforme technologique October Connect aide des banques comme Bpifrance et des gérants d’actifs à prendre de meilleures décisions de financement grâce à la data. October a notamment pour actionnaires Allianz, CNP Assurances, CIR Group, Decaux Frères Investissement, Eurazeo, Partech et Tikehau Capital.

Baltis acquière la plateforme Proximea

En septembre 2019, Baltis nous annonce sa prise de controle de la plateforme Proximea.

« L’acquisition de Proximea nous permet de renforcer notre présence dans l’Ouest, et d’accélérer notre développement en Nouvelle-Aquitaine. Notre ambition est de devenir la plateforme de crowdfunding de référence sur l’Arc Atlantique, et nous sommes persuadés que l’investissement doit être plus circulaire et être le reflet de nos convictions.« , commente Alexandre Toussaint, président de Baltis.

Baltis a acquis auprès de Banque Populaire Grand Ouest la plateforme de crowdfunding Proximea. La vocation de cette dernière est de démocratiser l’investissement dans les secteurs de l’immobilier, des start-up et des énergies renouvelables. Avec cette acquisition, Baltis renforce son ancrage sur l’Arc Atlantique, l’un des épicentres français pour l’innovation sociale, technologique et industrielle. La plateforme de crowdfunding immobilier créée en 2016 par Alexandre Toussaint élargit par ailleurs la palette de ses solutions d’investissement.

Engagée au cœur des territoires, Baltis souhaite promouvoir l’immobilier participatif au niveau local, avec une approche combinant sens et performances financières.

La plateforme, qui a déjà investi dans plus de 90 projets depuis sa création, soit près de 55 millions d’euros, s’est rapprochée en 2021 du groupe Magellim, acteur global et intégré de l’investissement, qui apporte à ses clients des projets d’investissements durables, responsables et porteurs de sens pour les territoires.

Proximea avait été lancé par la Banque Populaire Grand Ouest en 2015 et a financé 22 opérations pour un montant global de 15 millions d’euros. Elle accompagne des start-up et des promoteurs immobiliers installés dans le Grand Ouest.

ClubFunding Group annonce une levée de 125 millions d’euros

plateforme de crowdfunding ClubFunding

Un moment historique pour la plateforme de crowdfunding immobilière, elle lève 125 millions d’euros pour assurer sa croissance.

Cette levée de fonds auprès d’investisseurs réputés permettra à ClubFunding Group, composé de sept filiales (ClubFunding, ClubFunding AM, CF Invest, CF Profina, CF Gestion, CF2C et CIGR) et comptant près de 150 collaborateurs, de poursuivre son déploiement en Europe et le développement de nouvelles offres. Avec une croissance de 120% en 2021, le Groupe a consolidé sa position de leader.

« Notre ambition est de continuer à rendre le financement de l’économie réelle plus simple, plus fluide et plus sécurisé grâce au digital. Nous avons déjà commencé depuis ce début d’année, à développer notre modèle dans des pays frontaliers. Le financement de projets internationaux n’est plus réservé à une poignée de privilégiés. Nos 15.000 investisseurs particuliers sont notamment sensibles aux investissements en Europe afin de diversifier leur patrimoine, et ce dès 1.000 euros », déclare David Peronnin, Président de ClubFunding Group.

ClubFunding explique que cette levée de fonds va également permettre au Groupe de poursuivre le développement de nouvelles offres. Après le lancement réussi en 2021 de sa société de gestion et d’un premier fonds d’investissement dédié à l’immobilier, le Groupe prévoit de créer de nouveaux produits d’investissements sécurisés et accessibles depuis une plateforme unique. A date, ClubFunding Group a financé 700 projets sur sa plateforme de crowdfunding immobilier avec déjà plus de 300 projets remboursés.


Si je n’envoie pas de pub par e-mail, voici une petit pub pour mon livre « Gagner de l’Argent avec le Crowdfunding ». Les notations sur Amazon son excellentes et les retours des lecteurs très positifs. C’est mon premier livre. Un grand plaisir de partager sur le crowdfunding, sur mon expérience et, j’espère, vous donner envie vous aussi de #fairevivrevotreargent !

en savoir plus sur mon livre en e-book ou en livre broché, pour mieux comprendre, investir et gagner avec le crowdfunding

Quels sont les conséquences pour nous investisseurs?

Pour ceux qui ont acheté mon livre, vous avez du noter qu’il est accompagné d’interviews de plateformes majeures comme October ou Clubfunding (mais aussi Raizers et Enerfip). Les partages ont été nombreux et les dirigeants se sont livrés pour partager leurs points de vue et leur vision.

J’avais pu leur demander ce que la nouvelle réglementation européenne allait changer et apporter pour le crowdfunding :

David Peronnin, Président de ClubFunding Group et ClubFunding, nous partageait ainsi : « En tant que plateforme leader du crowdfunding immobilier en France, nous avons une présence nationale forte. Notre objectif est d’accélérer notre croissance au sein de 4 pays européens stratégiques : la Belgique, le Portugal, le Luxembourg et l’Espagne« . Il ajoutait « Globalement, l’harmonisation des règles est essentielle à une concurrence saine, c’est pourquoi nous saluons l’avancée majeure que représente l’introduction d’un passeport européen qui simplifie considérablement l’internationalisation es plateformes« .

Quand à October, Olivier Goy et Fanny Edouard réagissaient également avec prudence sur la réglementation européenne mais mettaient aussi en avant des opportunités : « Cette nouvelle règlementation ouvre des opportunités aux plateformes telles que :

  • L’ouverture facilitée de nouveaux marchés grâce à l’harmonisation du cadre réglementaire (projets Allemand)
  • La mise en place d’un système d’ « Autolend »
  • La possibilité pour des personnes morales d’investir directement sur des projets entrepreneuriaux via des plateformes.

Ces opportunités seront évaluées par October après l’obtention de la licence« .

Autre éléments que vous trouverez dans mon livre, c’est la question de la concentration du secteur. Comme évoqué en début de cet article, le nombre de plateformes est important. Depuis 2014, elles se sont multipliées. Evidemment, ceci m’interrogeait sur une prochaine concentration. J’en ai donc profité pour poser la question à David Peronnin : « La concentration des plateformes interviendra certainement dans les années à venir, notamment au niveau européen. Néanmoins, le secteur est encore en pleine croissance et de nouveaux acteurs de qualité continuent d’entrer sur le marché. »

Grégoire Linder, Président et co-fondateur de Raizers, était lui plus direct sur le sujet : »La concentration existe déjà aujourd’hui avec 7 plateformes qui se partagent plus des trois quarts de la collecte totale du marché. Les petites plateformes, près d’une vingtaine, seront absorbées par les plus grosses ou disparaitront car il est nécessaire d’atteindre un volume minimum de levée de fonds pour absorber les coûts de structure.« 

October est, semble-t-il, sur la même position : « Il y a une soixantaine de plateformes actives sur le marché français aujourd’hui mais seulement 4 ont atteint le seuil de plus de 100M€ collectés en 2021. La concentration semble un sujet inéluctable.« 

Bref, pour en savoir plus, je vous recommande mon livre 😉 !

Il est disponible sur les plateformes suivantes :

Ces infos sur le concentration du secteur ne sont pas des mauvaises nouvelles. A nous de suivre cela et d’identifier les plateformes d’avenir et celles sur lesquelles il faudra être plus prudent et avoir toujours en tête la diversification.


Regardons maintenant les avantages et inconvénients pour nous, investisseurs de ces changements :

les avantages

  • la solidité des plateformes qui auront une masse critique pour affronter l’avenir,
  • la capacité de négocier les meilleurs projets et de nous les offrir
  • l’internationalisation avec des pays où les rendements, les potentiels sont supérieurs à la France
  • la diversification des solutions d’investissement que peuvent nous offrir les plateformes
  • Il y aura peut être d’autres plateformes européennes intéressantes pour nous, investisseurs

les risques ou les limites

  • Réduction du panel de plateformes avec leurs spécificités et leurs cultures qui pourrait aseptiser le crowdfunding
  • Moins de choix de plateformes, moins de concurrence et donc peut être moins de rendement potentiel pour les investisseurs
  • Il sera plus difficile de diversifier. Quand on a un portefeuille à 6 chiffres comme le mien, je préfère diluer mon épargne sur 18 plateformes que sur 3 !
  • Dans cette concentration, concurrence, il y aura sans doute des faillites et disparitions…il faudra être attentif pour ne pas y laisser des plumes…

Voilà, ce rapide bilan sur les 3 événements majeurs ces dernières semaines. On peut noter que Bricks.co annonce aussi avoir levé 13 millions d’euros (pas assez d’éléments à date de l’article pour en parler) auprès de ses investisseurs. Ce sera aussi un événement à suivre pour les étapes suivantes de cette plateforme boulimique de développement.

Je suis très optimiste sur le crowdfunding à l’avenir. C’est un moyen alternatif pour les entreprises pour se développer et grandir. C’est un excellent moyen pour nous pour placer une partie de notre épargne et générer 7% net annuel.

Ce sont des nouvelles qui me rassurent pour investir, qui me rassurent dans le choix de mes plateformes. Je crois que le crowdfunding n’est encore qu’au tout début de son histoire…


Abonnez vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

2 commentaires sur « Crowdfunding : La concentration du secteur s’accélère-t-elle ? »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :